Caroline Juillard - Galerie Pome Turbil
18621
single,single-portfolio_page,postid-18621,ajax_fade,page_not_loaded,,vertical_menu_enabled,wpb-js-composer js-comp-ver-4.11.2.1,vc_responsive

Caroline Juillard

portrait_caro
Caroline Juillard
Born in Vevey – Switzerland in 1980 lives in La Roche sur Foron – France
Education
2000-2004 School of Photography / Vevey / Switzerland
Selected exhibitions
2021 Galerie Pome Turbil / Thonon / France www.galerie-pome-turbil.fr
2018 Spasmes / Maison Fusion / Ferney-Voltaire / France
2011 Projection /Recyclart / www.recyclart.be / Brussels / Belgium
2010 Projection / Journée photographique de Bienne / www.jouph.ch / Switzerland
2009 Exposition prix photo / www.prixphoto.ch / Bern /  Switzerland www.progr.ch
2007 Galerie Krisal / Troubles / Geneva / Switzerland www.krisal.com Festival Fotoleggendo / Prix Echange / Roma / Italy www.fotoleggendo.it Festival les Boutographies /Montpellier / France www.boutographies.com
2006 Salon les indépendances / Paris / France www.independances.com
2005 Prix Fnac Européen de la Photographie / Arles / France Festival Voies off /Arles / France www.voiesoff.com Galeries photos Fnac / Geneva – Lausanne – Fribourg /Switzerland
2004 Galerie Art Espace / J’ai tout oublié / Thonon / France
Galerie Hermès / Berlin et Galerie abstract / Lausanne Festival Images / Extase / Vevey /Switzerland www.images.ch
2003 Galerie de l’université / Nottingham / England Dimbola Lodge Museum / Isle of Wight / England
2001 Festival Alaf /Dublin / Ireland www.alaf.com Awards
2007 1st prize Echange / Boutographies – Fotoleggendo
2005 1st prize Europeen Photography Fnac for Switzerland

2004 3rd prize Photographic Prize of Hermès Watch Workshops Duane Michals, Lynne Cohen, Robert Walker, Frank Fournier, Nicolas Sinclair, Sophie Ristelhueber, Ann Mandelbaum, Edward Rozzo, Sarah Moon, Nicolas Faure, Tim Walker, Mario Cresci, Jacqueline Hassink, Arno Raphael Minkkinen, Arnaud Claass, Pierre Radisic, Joan Foncuberta

« Mon intérêt se porte sur la représentation de l’ordinaire, de l’intime et du minime à travers une photographie banale et anti-héroïque. L’envie de travailler sur la réalité qui m’est la plus familière avec un souci d’authenticité et un désir de collecter les images du monde qui m’entoure. Rien n’est préparé, rien n’est anticipé. Je ne cherche ni à conceptualiser ma démarche, ni à la rendre spectaculaire.

Mon regard est dépourvu de toute intention de changement de l’autre. Je souhaite suggérer la fragilité en travaillant sur l’immédiateté d’une mise en relation directe des affects.

Ce qui me semble important avant tout, c’est de faire surgir l’expérience du désir, de l’amour et de la douleur dans les relations intimes. »

 

 

« Caroline juillard confronte des lieux et des portraits. lieux en attente d’une présence, corps en absence. histoire de rendez-vous manqués. et puis des couples dont la présence de chair remplit le cadre, mais comme en une tentative désespérée de remplir l’abîme. retournement de la fonction photographique, habituellement convoquée dans le champ de l’intime pour témoigner de la présences des êtres, et qui semble témoigner ici de la proximité imminente de leur disparition ou de leur assomption. photographies de la pénombre ou de la lumière atténuée, ces images sont celles de lieux du quotidien empreints de sacré. baignoire vide, parking désert, couloir aveugle, lit défait, souvenirs et présages de sacrifices et de dévotions,qui semblent imprégner la matière et l’air silencieux. les gestes des corps nus, quand ils s’esquissent dans l’image, sont alternativement ceux du désir et ceux de la consolation, une consolation qui anticiperait sur les drames et les bonheurs à venir. »

christian maccotta – Festival les boutographies 

Mireille Fulpius