Philippe Hélénon - Galerie Pome Turbil
17670
single,single-portfolio_page,postid-17670,ajax_fade,page_not_loaded,,vertical_menu_enabled,wpb-js-composer js-comp-ver-4.11.2.1,vc_responsive

Philippe Hélénon

philippe-helenon

«Maigre / gras, acrylique / pastel, travaille sur des entités contradictoires… permettre un espace commun», c’est ainsi que Philippe Helenon vit son œuvre. Dans l’atelier de Philippe Hélénon, les modèles sont les fers (clou, lame, couteau, serrure, faucille, hache, etc…), les ardoises ramassées près d’une grange ruinée, les graines, les plantes, un drap suspendu. Il peint les choses «sur le motif».

Né en 1954, Philippe Hélénon vit et travaille à Paris.

«Maigre / gras, acrylique / pastel, travaille sur des entités contradictoires… permettre un espace commun», c’est ainsi que Philippe Helenon vit son œuvre. Dans l’atelier de Philippe Hélénon, les modèles sont les fers (clou, lame, couteau, serrure, faucille, hache, etc…), les ardoises ramassées près d’une grange ruinée, les graines, les plantes, un drap suspendu. Il peint les choses «sur le motif». Il peint de multiples portraits des choses : le portrait d’un fer de lance, celui d’un siège-trône, celui d’un nœud de bois, celui du drap blanc… A la manière du poète Francis Ponge, il choisit «le parti pris des choses». Le poète et le peintre veulent scruter les objets, en tirer qualités et jouissances. Philippe Hélénon représente parfois des visages, des apparitions, des masques plus ou moins englués dans une matière tendre et angoissante rappelant les couleurs et les épaisseurs implacables de la cendre. Un peu nomade, ses œuvres sont des livres peints. Le livre est pour l’artiste (également graveur) «un espace essentiel: il donne au spectateur la possibilité d’une projection personnelle».

«La peinture, elle aussi, n’est pas seule, elle séduit, attire, captive, ravit: une chose [en moi] ne résiste pas, n’a jamais eu le désire de dénier d’être captif, que je me souvienne de mes premières rencontres, rue de Seine, à Paris, VIe, j’aurai dû écrire: mes premières amours & cela se poursuit avec Philippe Hélénon, à quoi bon demander à la nature de la peinture qui de la sorte, ainsi, m’éveille, m’émerveille: c’est ! Je peux parler d’une profondeur – profondeur d’une sensibilité à la couleur, à la composition, je préfère le déplacement qui me conquiert, dont je suis la proie, et me voici fermant les yeux pour le voyage, je dors dans ma vie, puisque je connais que les couleurs de Philippe Hélénon m’aiment, réciprocité bien partagée.» Mathieu Bénézet in Collection «Médaillons», Daniel Leuwers, 2006. 

 

Son œuvre a été présentée ces vingt dernières années lors de nombreuses expositions personnelles ou collectives : notamment, à Paris, dans les galeries A. Biren, Arielle Rive gauche et, depuis 1996, à la Galeries Vieille du temple. Philippe Hélénon a par ailleurs illustré des ouvrages de Henri Thomas, Roger Gilbert- Lecomte, L.P. Fargue (chez Fata Morgana), Paul Celan (au Théâtre Typographique), Estar Tellermann, Isabelle Garron (au Cahiers de la Seine) et réalise depuis quelques années de nombreux livres peints avec des écrivains comme Mathieu Bénézet, Yves di Manno, Ariane Dreyfus, Henri Lefebvre ou Christophe Lamiot. Il a été lauréat en 1990 du prix Guy Levis Mano.

Serge Plagnol
Art, Peintre, Peinture
Sophie Melon
Art, Sculpture